Mme Hounkpè « Je voudrais exhorter les parents à extraire les enfants des activités domestiques… »

Publié le par Priorité Succès


     


Nous ouvrons dans cette deuxième édition une chronique dénommée « La Chronique des Précautions ». Raliath Lawani, journaliste du groupe NPM (à gauche sur l’image), et son invitée Débora Hounkpè, spécialiste en Sciences de l’Education et en Genre (à droite dans l’image), parlent dans cette chronique d’une série de précautions à prendre par les candidats pour assurer le succès à leurs efforts de façon certaine. Le thème de ce premier numéro de « La Chronique des Précautions » est : « Comment organisé son emploi du temps en période de révision pour réussir à son examen ? ».

Madame Débora HOUNKPE, bonjour !

Bonjour, Madame la journaliste.

Vous êtes spécialiste en Sciences de l’Education et en Genre, vous intervenez à l’Université d’Abomey - Calavi et vous êtes aussi Professeur de français au collège. Dites-nous Madame, vu votre parcours et vos expériences personnelles, un élève peut-il échouer à un examen juste parce qu’il n’a pas su bien organiser son emploi du temps ?

Merci infiniment, Madame, pour l’opportunité que vous m’offrez pour m’adresser aux candidats en cette période où ils vivent une forte pression par rapport à l’enjeu qui est l’examen. Je réponds oui à votre question parce qu’un candidat qui va à l’examen doit pouvoir programmer rigoureusement son temps et suivre avec beaucoup de disciplines et méthodes cette programmation que le philosophe Alain définit comme une altération irréparable. Il doit disposer du temps normalement suivant un planning rigoureux.

Comme je le dis souvent aux candidats de la classe de terminale, la préparation pour le BAC commence déjà en classe de seconde à partir du moment où ils ont choisi leur série. Ils ont ainsi eu trois années de préparation pour le BAC. Et pour les candidats au BEPC, ils en ont eu quatre parce qu’ils ont fait les classes de sixième, cinquième, quatrième et en troisième ils vont devoir montrer enfin de quoi ils sont capables. Donc l’organisation, la préparation, la rigueur, la discipline et la méthode sont les mots clés pour réussir son examen

Alors, Madame Débora HOUNKPE, comment organiser son temps d’étude ?

Par rapport à cette question, Madame la journaliste, organiser son temps d’étude c’est planifier ses activités sur l’espace de temps où se succèdent les événements. Je vais m’inspirer du livre de Pascal Idée « Travailler avec Méthode, C’est Réussir » pour dire aux candidats d’organiser leur journée. Une journée compte 24 heures et  il faut pouvoir entrer dans ces 24 heures chaque activité, mais de façon rigoureuse et méthodique. C’est la discipline qu’il faut absolument.

Alors il faut le temps du réveille. Il faut absolument le temps du petit-déjeuner, c’est important ; et le temps des études, de la révision, seuls, parce qu’ils seront seuls face à leur copie. Et travailler en groupe, il aura un temps pour cela. Ensuite il faut le temps où il faut souffler un moment, le temps du déjeuner, le temps de la sieste, il faut le temps du goûter et également le temps de retour aux études, peut-être en groupe ou avec un répétiteur cette fois-ci.

Est-ce que les parents ne peuvent pas décharger les élèves des travaux domestiques un temps soit peu à quelques deux ou trois semaines de l’examen ?


Alors cette question me rappelle le débat que j’ai eu avec mes élèves de la classe de terminale par rapport à la cuisine pour les filles et puis il y a  d’autres activités de course pour les garçons. Je vais vous répondre en tant que spécialiste des questions de genres. Je voudrais exhorter les parents à extraire les enfants des activités domestiques au tant que faire ce peu pendant les  quinze jours de révisions et de préparation que les écoles leur donnent, parce qu’il y a un temps pour tout.

Ils ont eu toute l’année peut-être pour travailler à la cuisine, pour aller au marché, pour faire des courses, des voyages, pour aller charger des commissions etc. Mais là, quinze jours de sacrifices, ce n’est pas mortel. Je n’encourage pas la paresse. Il y a beaucoup de jeunes filles qui sont plus que mères au foyer parce que comme l’a dit Jacques Prévot : « les parents ont de plus en plus de charges au boulot, au travail, et délaissent beaucoup la maison. Et ce sont les grands frères et les grandes sœurs qui s’en chargent, surtout la fille qui est responsabilisée très tôt, qui doit faire la cuisine pour toute la famille ».

Alors de grâce, récupérez les tâches domestiques pour le moment jusqu’à la fin des examens. Il y a un temps pour tout. Les parents peuvent donc vraiment décharger les enfants pour qu’ils révisent. Je ne leur demande pas d’être déchargés pour qu’ils regardent la télé ou pour être devant les DVDs. Mais je le fais pour qu’ils pussent consacrer plus de temps à réviser. L’enjeu est de taille et ceci concerne surtout la gente féminine. C’est important. Passer cinq heures de temps à la cuisine, non ! Cinq heures de temps à faire les mathématiques, le français, la biologie etc. Oui !

Comment structurer son temps d’étude par rapport aux matières, je veux dire, comment étudier les matières en rapport avec le temps afin de pouvoir les couvrir toutes ?

Oui, c’est une très bonne question que vous posez là ; je la trouve pertinente dans la mesure où je prends le cas des élèves de la série G par exemple. Ces élèves préfèrent la comptabilité au français, à l’anglais et à toute autre matière qui ne les concerne pas au premier degré. Mais je leur dis souvent que si le programme national vous a donné plusieurs matières, donc cela veut dire que vous n’avez pas de matières à privilégier ; toutes les matières sont très importantes.

Alors il ne faut absolument pas s’accrocher à une matière parce qu’on remarque souvent que cette matière peut vous jouer de sales tours à l’examen. Et c’est la matière que vous avez négligée qui serait facile le jour-là et qui aurait pu vous tendre la main, donc il ne faut absolument pas privilégier de matières dans votre programmation. Il faut consacrer du temps à étudier toutes les matières car ceux qui ont conçu les programmes d’étude sont des spécialistes.

Avez-vous un mot à dire à l’endroit des parents et des enfants  pour conclure cet entretien ?

Notons qu’il y a de plus en plus la diminution de l’autorité parentale due aux commodités de la civilisation actuelle qui demande beaucoup de dépenses aux parents. Comme je le dit à mes élèves aujourd’hui il faut carreler les maisons, il faut donner beaucoup plus de luxe et de commodité  aux enfants, mais il faut leur donner aussi beaucoup d’affection, d’attention et beaucoup de rigueur.

Donc les parents n’ont qu’à surveiller les enfants. Et pour me référer à la Grèce antique où les aristocrates ou les nobles attribuaient un pédagogue à leurs enfants pour suivre leur vie morale et leur vie intellectuelle, si vous avez confiance en quelqu’un, si votre travail ne vous permet pas d’être à la maison, alors engagez un répétiteur pour suivre les enfants, un répétiteur que vous pouvez surprendre à tout moment pour voir s’il fait vraiment son travail.

Et enfin, je vais dire aux candidats : « Ora et labora » comme on le dit en latin « prie et travaille ». Les candidats n’ont qu’à associer Dieu à cette période. Je ne demande pas qu’on exclue les études et qu’on fasse la prière mais que les deux soient ensemble. Travaillez comme si tout dépend de vous, mes chers candidats, et priez comme si tout dépend de Dieu.

 

Publié dans Universel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article